•  

     

    Le dalaï lama félicite M. Sarkozy pour sa fidélité aux principes

    07/12/2008-[17:29] - AFP

     

    CRACOVIE (Pologne), 7 déc 2008 (AFP) - Le dalaï lama a félicité dimanche le président français Nicolas Sarkozy pour sa fidélité aux principes qu'il avait manifestée, selon lui, en le rencontrant samedi en Pologne malgré la grogne de Pékin.

     

    "Les bonnes relations, les relations amicales avec la Chine sont très, très importantes. Mais cela ne veut pas dire que l'on peut oublier les principes", a déclaré le chef spirituel des Tibétains dans un entretien avec l'AFP à Cracovie (sud), où il poursuivait sa tournée en Pologne. M. Sarkozy, président en exercice de l'Union européenne (UE), a rencontré pour la première fois le dalaï lama à Gdansk (nord) où ils étaient tous deux invités de Lech Walesa pour les cérémonies du 25 anniversaire de son prix Nobel de la paix. Le président français "a manifesté sa préoccupation pour le Tibet et j'apprécie le fait qu'il soit resté ferme, malgré certaines complications, car c'est la bonne voie", a déclaré le dalaï lama. Avant la rencontre à Gdansk, M. Sarkozy avait déclaré : "En tant que président du Conseil européen, je porte des valeurs, des convictions. C'était mon devoir de le faire, je le fais bien volontiers". La Chine, qui avait multiplié les avertissements avant cet entretien, a exprimé sa colère dimanche, en convoquant l'ambassadeur de France pour lui faire part de sa "vive protestation".

     

     

     


    votre commentaire
  • Voici deux extraits de ce magnifique livre que je viens de lire, des extraits remplis d'espoir et de positivité

    Voici le témoignage de Moustapha assis dans sa chaise roulante.
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    « L'an dernier, le Liban était particulièrement à feu sang, le parcourir était aller vers une mort quasi certaine. Il fallait faire quelque chose. J'ai décidé d'organiser une  marche de la paix avec des amis, infirmes de guerre comme moi : "Traversons le pays, sans armes, musulmans et chrétiens  confondus ; si nous sommes tous handicapés, qui aura le cœur de nous tuer ?" Nous sommes partis, une longue colonne d'une cinquantaine de sourds, muets, aveugles, paralytiques, les uns poussant les autres. Nous portions des banderoles : Salam ! Shalom ! Peace ! Paix ! A travers les villes et les villages, nous scandions : "chrétiens et musulmans, tous frères !" Contrairement à ce qu'on m'avait dit, personne ne nous a attaqués, les miliciens de tous bords abaissaient leurs mitraillettes, les gens criaient dans un délire de joie : Salam ! Shalom ! On nous jetait du riz, comme à des noces. Nous avons senti battre le vrai cœur du Liban ! » Mgr Haddad approuve de toutes ses forces : « Ah ! Si on pouvait comprendre l'âme libanaise, non pas fanatique mais fraternelle ! »


     

     

    Le vrai, le beau, le bien ne sont pas faciles à discerner aujourd'hui sur notre terre. Les médias nous accablent de flashes sur un monde presque exclusivement Oppressé par la corruption, la bassesse et la violence. Il existe pourtant une autre vision, malheureusement trop cachée. Notre planète demeure habitée par des hommes et des femmes doués d'un singulier pouvoir d'altruisme : ils savent faire germer le bien dans les champs les plus rebelles à la Culture. Ce sont des catalyseurs d'espérance, ceux qui osent dire  « il devient beau » devant le dernier des humains.

     


    1 commentaire



  • Je te souhaite un très heureux anniversaire Sirène.

    Plein de gros bisous

    ATMA

    Swad' 
     
     
     

    1 commentaire
  • J'ai vécu cette histoire, et je vous l'offre car elle est remplis de positif.

     

    C'est l'histoire de plusieurs personnes qui se sont retrouvés, un jour sur internet. Dans divers forum, dans divers lieux. Un jour elles se sont retrouvés sur le même forum, et des liens ont commencés à se lier, on essayait de connaître l'autre, dans ses écrits, dans la façon de dire les choses, on s'est trouvé pleins de points commun, plein aussi de différences, d'opinion, d'âge, de religion, mais on  a réussi à mettre toutes ses différences en commun, et à en faire quelque chose de positive, quelque chose de constructif, et de là, est née une amitié virtuelle. Une amitié profonde, parfois secouée par des problèmes, par des soucis, par des jalousies, mais une amitié qui a résisté malgré tout. Un jour quelques uns de se ces amis on décidé de se voir en vrai, en dehors des forums, ils ont organisés une rencontre, où certain on pu venir, d'autre hélas n'ont pas pu, mais ils étaient dans leurs cœurs. Ils se sont rencontrés, chacun venant d'un bout de la France, même de pays européens. Ils se sont retrouvés dans un climat, de détente, d'amitié, de surprises, de découvertes surtout pour ceux qui ne se connaissaient pas. Autour d'un repas, ils ont échangés, partagés, discuté tout cela dans une ambiance, très agréable. Cette amitié virtuelle a été renforcée par cette rencontre. Tous ceux qui ont pu se réunir espère pourvoir le refaire avec d'autre amis, qui voudront se joindre à eux. Cette histoire nous montre que l'amitié virtuelle peut être aussi forte qu'une amitié classique, et comme l'amitié classique, il suffit de mettre ensemble nos différences et de s'enrichir des uns des autres.
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>
     

     


    2 commentaires
  •  

     

    Tibet: le dalaï-lama revendique désormais l'indépendance



    27/10/2008 12:20

    Le dalaï-lama est prêt à examiner une stratégie plus radicale sur le Tibet après l'échec de facto de sa politique conciliante avec la Chine, ont indiqué lundi des Tibétains en exil en Inde, tout en précisant que le mouvement resterait "non violent".


    Cet éventuel durcissement du mouvement tibétain, en exigeant l'indépendance plutôt qu'une simple autonomie, sera débattu en novembre par 300 représentants de la communauté tibétaine réunis à Dharamsala, dans le nord de l'Inde, où le chef bouddhiste vit réfugié depuis 1959. La date exacte de la réunion n'a pas encore été annoncée.


    En fait, après sept cycles annuels de négociations avec Pékin, le dalaï-lama "a perdu espoir de trouver une solution avec l'actuel gouvernement chinois qui ne souhaite tout simplement pas régler la question" du Tibet, a déploré son plus proche conseiller, Tenzin Taklha. "Sa Sainteté pense que d'autres options doivent être examinées et cela sera fait en novembre", a annoncé le secrétaire particulier du lauréat 1989 du prix Nobel de la paix.


    Mais "le mouvement tibétain restera non violent. C'est une dimension non négociable sur laquelle tout le monde est d'accord", a assuré M. Taklha.


    Les Tibétains et Pékin discutent officiellement depuis 2002 du statut du Tibet. Mais la position des Chinois s'était "durcie" en 2006, selon le dalaï-lama. Il y a ensuite eu des entretiens directs et officiels à l'été 2007 suivis d'une dernière rencontre en juillet, jugée décevante par les émissaires du dalaï-lama.



    Adulé par la majorité de son peuple comme l'ultime rempart contre la politique de la Chine au Tibet, l'homme à l'éternel sourire et toujours vêtu de sa robe couleur safran est aussi une icône en Occident. Mais il est la bête noire de Pékin, qui l'accuse d'être un séparatiste, sous le couvert du bouddhisme. Dignitaire religieux et homme politique pragmatique, il avait renoncé depuis longtemps à l'indépendance de son pays et opté pour une diplomatie dite de la "voie moyenne", se contentant jusqu'ici de revendiquer l'"autonomie culturelle" pour ce territoire de l'Himalaya annexé par la Chine en 1951.


    Depuis lors, ce fin diplomate s'était toujours montré conciliant avec Pékin, même en pleine révolte au printemps dernier à Lhassa, à laquelle il avait réussi à donner un retentissement international avant les jeux Olympiques.
    Le dalaï lama fustige depuis 20 ans le "régime de terreur" chinois au Tibet, qui commettrait une "sorte de génocide culturel", mais a en même temps félicité cette "vieille nation et superpuissance" pour l'organisation des JO. Aujourd'hui, son fidèle Samdhong Rinpoche, Premier ministre du gouvernement tibétain en exil, le reconnaît: "la frustration croît" chez les six millions de Tibétains devant le sur-place des pourparlers sino-tibétains. Le mois prochain à Dharamsala, "les gens vont soulever cette question" de l'indépendance et "personne ne pourra l'empêcher".



    Justement, de jeunes exilés tibétains amers et indépendantistes poussent depuis des mois pour une radicalisation du mouvement et menacent de déborder la vieille garde du chef religieux de 73 ans à la santé fragile. "Nous sommes à la croisée des chemins", a tranché Tsewang Rigzin, président du Congrès de la jeunesse tibétaine. Nous ne disons pas que la politique de la voie moyenne est mauvaise, mais elle a échoué parce que la Chine fait en gros ce qu'elle veut", a-t-il lancé. "L'indépendance est la seule solution et nous aimerions soumettre une proposition en ce sens en novembre".
    Les exilés tibétains sont plus de 100.000 en Inde. La plupart y sont nés et n'ont jamais mis les pieds au Tibet.

     


    LeVif.be, avec Belga

     

     

     

    Voilà pour moi une excellente nouvelle avant d'aller rejoindre Morphée. Je crois, tout en maintenant la position non violente, qu'il est temps de s'affirmer sur les droits du Tibet et des Tibétains qui sont baffoués depuis plus de cinquante ans, et cela sous les yeux du monde qui reste impassible.

     

    Swad'

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique